S’ADAPTER À L’ÉTRANGER QUAND ON NE PARLE PAS LA LANGUE

S'ADAPTER À L'ÉTRANGER QUAND ON NE PARLE PAS LA LANGUE

Hello les amiiiiis ! J’espère que vous allez bien 🙂 Ici tout va bien ! Le soleil est enfin de retour. Hier, on atteint un petit 27 degrés, mon dieu quel bonheur !! Je reviens aujourd’hui sur le blog suite à certaines questions que vous me posez régulièrement concernant l’étranger. Et celle qui revient le plus est la suivante :

 

« J’aimerais partir à l’étranger, mais je ne parle pas anglais… Est-ce que je vais m’en sortir ? »

 

Vous devez sûrement vous dire : « Je suis trop nulle en anglais, je ne vais jamais comprendre les gens si je pars, et s’il m’arrive quelque chose, comment vais-je faire pour me débrouiller? »

Lorsque je suis partie aux USA la première année pour étudier, je ne parlais pas DU TOUT anglais. Enfin j’avais les bases comme tout le monde, mais il était impossible pour moi de tenir une conversation… Pour tout vous dire, j’ai même eu 6 au bac d’anglais ! Une vraie quiche ! Et aujourd’hui, je suis totalement bilingue. Honnêtement, je n’aurais jamais pensé que cela arriverait un jour ! Si vous n’êtes jamais partis, la tâche paraît insurmontable. Mais en fait, elle est beaucoup plus abordable que vous ne le pensez. Si je l’ai fait, YOU CAN DO IT! -Retour sur mon année 2014/2015-

Un début Chaotique

Je suis partie aux États-Unis avec un ami, qui lui non plus ne parlait pas anglais. Il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Si on est partis, c’est surtout parce que après notre D.U.T (en 2014), on ne savait pas du tout quoi faire. L’opportunité de partir un an en DUETI aux États-Unis s’est présentée, alors on a foncé ! On nous a dit que l’université se situait dans l’Ohio ! On s’est regardé en mode « Euuuh… Mais c’est ou ça?? On part pas a LA ?? ». Nous, on pensait partir à Los Angeles, New York ou Miami. Mais non, on s’est retrouvés dans le fin fond de l’Ohio, à Cleveland.

« Tout est parti d’un : vasy go on y va et on verra bien ! » 

Les objectifs de ce voyage pour nous étaient d’apprendre l’anglais et de vivre une nouvelle expérience à l’étranger. Même si je vous avoue, on voyait plus cette année comme une année de « vacances » et comme une opportunité de voyager et surtout de faire la fête ! Sauf qu’une fois sur place, on a vite compris qu’en fait, on était là aussi et surtout pour bosser !

On a remarqué que la barrière de la langue était belle et bien présente et allait être un vrai handicap quand d’autres étudiants sont venus frapper à notre porte pour faire connaissance. Je pense que c’est à ce moment précis que je me suis rendue compte à quel point j’étais nulle et ridicule en anglais !

Et cela s’est confirmé lors de mon premier cours de communication. J’étais la seule française de ma classe. Je pense que la prof ne savait même pas que je faisais partie de la classe tellement que je me faisais petite. Je n’avais ABSOLUMENT rien compris à ce que nous avions fait. En sortant du cours, je me demandais vraiment ce que je faisais là, et j’avais déjà envie de rentrer. J’ai alors compris que j’allais clairement devoir sortir de ma zone de confort et m’adapter à un environnement qui n’était pas le miens !

Qualité requise n°1 : être débrouillarde !

Aux États-Unis, les heures de cours ne sont pas nombreuses. Nous avions environ 10h de cours par semaine. Le temps que nous ne passions pas à l’université, nous le passions avec nos nouveaux amis. On a commencé à passer pas mal de soirées avec eux et à créer des vraies affinités. De ce fait, on était obligés de discuter et de se débrouiller pour se faire comprendre. Au début, on avait un petit blocage, mais plus on les connaissait et plus on se lâchait ! Ils trouvaient même ça cute et nous rassuraient sur le fait que nous n’étions pas les premiers à se retrouver dans cette situation.

Quelques semaines plus tard, j’avais clairement l’impression de mieux comprendre ce qu’on nous disait, même si j’avais toujours un peu de mal à m’exprimer. J’étais devenue obsédée par le fait d’améliorer mon Anglais.

Tous les jours, je notais les nouveaux mots que j’avais entendu et que je ne connaissais pas sur un papier. Petit à petit, j’enrichissais mon vocabulaire et je me sentais de mieux en mieux. Je commençais à beaucoup mieux comprendre mes cours. Je pense qu’il m’a bien fallu un semestre complet pour me sentir à l’aise en classe.

Puis ça y est, à force de parler à mes amis et d’aller en cours, j’ai enfin eu ce fameux déclic que je pensais avoir bien plus tôt dans l’année. A présent, tout me paraissait logique. J’ai changé la langue de mon téléphone, de mon Facebook, je commence à parler anglais sur les réseaux. Je commence à bien comprendre les paroles des chansons, la radio, et autant vous dire que ça, c’est juste génial !

Prendre son courage à deux mains !

Le plus gros obstacle à vos envies de partir, ce n’est pas votre manque de compétence à parler une langue. C’est l’idée que vous vous faites de votre capacité à la parler. Cela peut sembler fou de l’extérieur et pourtant, je peux vous dire que je l’ai vu de mes propres yeux. Il faut avant tout faire un effort sur soi pour dépasser ses peurs de ne pas y arriver. Alors, on prend son courage à deux mains et on saute le pas !

Vous l’aurez compris, la barrière de la langue n’est pas un obstacle insurmontable ! Après ma première année aux États-Unis, mon niveau d’anglais est devenu incroyable par rapport à mes débuts. J’étais capable de comprendre et de m’exprimer presque parfaitement. Pour être honnête, je n’étais pas complètement bilingue. Je suis revenue aux USA dans un cadre professionnel par la suite. Je suis restée presque une année en stage dans une agence de publicité, toujours à Cleveland, après ma licence information communication. C’est la que vraiment, je suis devenue bilingue !

Petite anecdote, lorsque je suis aux États-Unis, il m’arrive même de penser en anglais et d’oublier certains mots de français ! Et à chaque fois que je rentre en France, il me faut toujours un petit temps de ré-adaptation. Comme quoi, tout est possible !

Et vous, vous êtes déjà parti à l’étranger ? 🙂

Si jamais vous voulez garder cet article sous la main pour plus tard, n’hésitez pas à épingler l’image ci-dessous sur Pinterest en cliquant dessus !

S'ADAPTER À L'ÉTRANGER QUAND ON NE PARLE PAS LA LANGUE

signature2018rightsize.png

3 comments so far.

3 réponses à “S’ADAPTER À L’ÉTRANGER QUAND ON NE PARLE PAS LA LANGUE”

  1. rubaud dit :

    Super article ! Si tu pouvais faire plus d’article de ce genre sur ta vie aux états unis se serait vraiment top car ca m’intéresse beaucoup ! Je rêve de pouvoir partir comme toi .. ce qui me manque c’est la confiance –‘ .
    Ton blog est super xx

    • Laura dit :

      Hello ma belle ! Merci beaucoup 🙂 Oui c’est prévu que je fasse plus d’articles à ce sujet !
      Concernant la confiance, j’étais dans le même cas que toi… Si j’étais pas partie avec quelqu’un, je ne sais pas si je serais partie.
      Mais au final j’aurais tellement regretté ! Alors il faut se lancer, c’est le plus difficile ! Après, ça va tout seul 🙂

      Des bisous <3

  2. Sandrine dit :

    Hello moi aussi je suis prtie seule à Londres ! Au bout de quelques mois je me suis habituée et je pensais même en anglaise en revenant en France c’était bizarre de reparler français 🙂
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *